#avionsenlair

CPA: Atterrissage imminent

CPA: Atterrissage imminent

By on Sep 5, 2021

2+

A la découverte des lieux

J’ai eu le plaisir de visiter l’Aéropôle Saint-Exupéry pour le CPA. Ouverte en Novembre 2020, cette pépinière d’entreprises à vocation aéronautique a vu le jour sur l’aérodrome de Jonzac-Neulles (LFCJ pour les initiés) en Charente à une heure par la route de la Métropole bordelaise.

Ce qui marque avant tout en arrivant sur cette plateforme qui dessert par les airs le  territoire de Haute-Saintonge reconnu pour son Cognac et ses eaux thermales, c’est sa grande modernité. Et pour cause, dans un environnement aéronautique hélas trop souvent à la peine en terme d’infrastructures, ici tout est neuf.

Si l’Aéropôle n’a que quelques mois d’activité,  on nous informe d’emblée qu’il n’y a déjà plus de place, tous les locaux disponibles ayant rapidement trouvé preneur auprès de diverses startup aéronautiques.

A vrai dire, on ne s’en étonne pas. Le lieu peut certes paraître un peu  isolé, mais sa piste récente de 1400 mètres, ses locaux lumineux et confortables ainsi que l’accueil réservé par Jannick Aubier sa responsable et cheffe de projet font que l’on s’y sent très vite à l’aise. Voilà un lieu aéronautique inspirant  qui laisse clairement penser que l’aviation est promise à un bel avenir.

Une rencontre constructive

Pour l’animateur du CPA que je suis, l’impression est réjouissante. C’est donc ici que vont se construire, en partie du moins, l’avion, l’exploitation ou les solutions aéronautiques  de demain. On s’aperçoit en plus très vite que la grande maison Airbus a posé un œil bienveillant sur le lieu.

Suite à un rendez-vous pris quelques semaines plus tôt, j’ai pu échanger de manière fort intéressante avec l’initiateur du projet, Monsieur Claude Belot,  président de la CDC de Haute Saintonge. Ancien sénateur, l’élu est aussi un grand passionné d’aviation et pilote. Cela se ressent.

J’avoue avoir eu quelques doutes avant notre échange. Je craignais de trouver en ce lieu novateur un esprit un peu trop «  progressiste » où l’écologie et la transition “à marche forcée” vers une aviation plus durable, évidemment nécessaire, auraient finalement pu reléguer l’avion à l’arrière-plan.

Les doutes ont été rapidement levés lorsque j’ai pu constater qu’on pouvait à la fois penser l’aviation de demain, agir concrètement pour la faire émerger, et ne renier ni celle passée, ni celle existante.

S’il fallait une preuve démontrant que  le déplacement aérien tel que nous le connaissons aujourd’hui n’est pas sacrifié sur l’autel de l’idéologie écologique à Jonzac, c’est l’installation prochaine d’une station de jetA1 qui nous la donne. Comme quoi, faire vivre l’aviation c’est aussi savoir faire preuve de pragmatisme, savoir doser le mélange d’électrique et de fossile tant que nous n’aurons pas toutes les cartes d’une aviation décarbonée en mains.

Un futur siège pour le Collectif

En conclusion, c’est pleinement rassuré que j’ai pu aborder avec mes interlocuteurs la raison qui m’a conduit vers ce lieu aéronautique : La recherche d’un toit accueillant et symboliquement fort pour notre Collectif dont l’objectif sera bien de promouvoir l’aérien avec la vigilance nécessaire contre tous ceux qui pourraient tenter de nuire à son développement.

L’Aéropôle est prête à accueillir la future association.

Envie de partager cet article?

Post a Reply

468 ad

Vous aussi participez à la défense de l'aérien en diffusant nos articles

RSS
EMAIL
LINKEDIN
Share