#avionsenlair

GIEC le rapport du pire?

GIEC le rapport du pire?

By on Août 9, 2021

0

Le “très attendu” rapport du GIEC, le groupe d’expert chargé des études sur le changement climatique est paru ce jour. En attendant de revenir plus en détail sur le rapport lui même, commentons ici librement un des premiers articles parus ce matin. Il présente les grandes lignes et on l’imagine, l’esprit du texte issu de ce groupe Onusien en partie financé par l’Etat Français (1 million d’Euros).

La conclusion du rapport et les commentaires qui en découlent se déclinent sur une note affirmative attestant qu’il : “montre sans équivoque que le climat change plus vite qu’on le craignait et que c’est la faute de l’humanité”. Dont acte.

Toutefois ce qui interpelle, c’est le côté incertain des éléments avancés. Cela est traduit par l’usage fréquent du conditionnel ou d’une locution fort précautionneuse. Au delà du “Devrait, pourrait…” peut on m’expliquer ce que signifie scientifiquement “presque impossible” ? (c’est presque ou c’est impossible?). De même “ne peuvent pas exclure” ou ne “peuvent pas être exclus” n’engage pas les scientifiques à grand chose, pas plus que la notion du “très probable”.

J’entends déjà les voix agiles et pleines de sagesse me reprendre sur ce qui pourrait paraître comme étant une forme de résistance à l’idée du changement climatique. Celui qui pense que je ne suis pas convaincu du fait qu’il faille s’attacher à réduire nos émissions d’une manière générale se trompe. Mais cela vaut il tout un fromage?

La rigueur scientifique ne gagnerait-elle pas à s’abstenir de justifier des conclusions si affirmatives par des avancées aussi aléatoires? A moins de s’accorder préalablement sur un “gros principe de précaution” qui excuserait d’emblée toutes les approximations du genre “on pense que, on n’est pas sûr mais gare à vous parce que ça va être terrible”, on se retrouve une fois encore face à un rapport que d’aucuns ne manqueront pas de prendre au pied de la lettre, faisant fi de toute nuance.

Cela ne serait peut être pas si grave si, derrière, ils n’entrainaient pas à “la louche” et hélas de manière précipitée une modification des politiques. L’affirmative permet de justifier l’urgence et d’éviter le débat, voir de renvoyer ceux qui portent une dissonance au rang de furieux hérétiques ( en leur refusant paradoxalement la marge d’erreur sur laquelle ils jouent). Finalement ce n’est peut être pas le climat qui nous perdra.

S’informer sur le GIEC, connaître son fonctionnement

Envie de partager cet article?

Post a Reply

468 ad

Vous aussi participez à la défense de l'aérien en diffusant nos articles

RSS
EMAIL
LINKEDIN
Share