#avionsenlair pour promouvoir l'aérien et dénoncer l'aéro-bashing

Info ou infox: “les données servant de référence aux calculs des rapports sont fiables”

Info ou infox: “les données servant de référence aux calculs des rapports sont fiables”

By on Jan 14, 2021

1+

Des données obsolètes

Voici des données de l’ADEME dans un rapport de 2018:

On remarquera que l’ADEME, dans son rapport de 2018, utilise des données de 2005, donnant des émissions de 241,5 gCO2/Pax.km et 144,6 gCO2/Pax.km pour les vols régionaux et les vols navettes.

Le rapport 2019 de la DGAC donne une valeur de 122 gCO2/Pax.km pour l’ensemble des vols intérieurs métropole:

Les données relayées par des agences officielles telle que l’ADEME peuvent donc être obsolètes et conduire à une déformation de la réalité. 

Une mauvaise interprétation des données

Les émissions des vols intérieurs sont souvent utilisées pour comparer l’avion et le TGV. Or ce sont 2 modes de transports très différents. L’avion transporte relativement peu de voyageurs sur beaucoup de lignes tandis que le TGV transporte beaucoup de voyageurs sur peu de lignes. Pour donner un ordre de grandeur, une ligne LGV n’est efficace qu’à partir de 9 millions de Pax/an avec des flux allant jusqu’à plus de 30 millions de Pax/an sur l’axe Paris-Lyon. La ligne aérienne intérieure la plus dense est le Paris-Toulouse avec 3,2 millions de Pax en 2019 et la moyenne du flux sur les liaisons aériennes radiales, Paris-Province, en 2019 est de 543 000 Pax/an.

Pour illustrer, voici les cartes de flux de trafic des liaisons intérieures en TGV et avion:

En 2019, les vols intérieurs (métropole) représentaient une distance de vol de 605 km et un emport de 87 passagers/vol en moyenne. Cela signifie que les vols intérieurs utilisent majoritairement des petits avions (avec une consommation/pax relativement élevée) et/ou un taux de remplissage faible. Ces lignes ne sont donc pas en concurrence avec le TGV (établi sur des lignes à haut flux de passagers) mais répondent à une demande spécifique

Il n’est donc pas pertinent de prendre les émissions moyennes de l’aviation intérieures (incluant tous types de vols commerciaux) comme référence pour des calculs de report modal TGV->avion. Il serait beaucoup plus adapté d’utiliser les émissions d’avion court courrier à forte capacité type A320 ou B737. Et voici une comparaison entre les émissions réelles d’un B737-800 (189 places) et celles données par l’ADEME sur ce segment:

Le périmètre des données de l’ADEME (avions 101-220 Pax) paraît très large et peu adapté dans la comparaison avion/TGV. L’utilisation de ces valeurs moyennées tend à surévaluer (+30%) les émissions réelles des lignes aériennes à haute densité de trafic.

Envie de partager cet article?

Post a Reply

468 ad

Vous aussi participez à la défense de l'aérien en diffusant nos articles

RSS
EMAIL
LINKEDIN
Share