#avionsenlair pour promouvoir l'aérien et dénoncer l'aéro-bashing

Libraires vs aérien

Libraires vs aérien

By on Déc 18, 2020

1+

Les libraires ne veulent pas mourir… ça tombe bien nous non plus

Collectif de protection de l’aérien

Ne tirez pas sur l’ambulance! La situation est elle devenue si confuse que les libraires français ne trouvent rien de mieux à faire pour essayer de s’en sortir?

Dans le contexte ambiant, emboiter le pas d’ une polémique qui dénigre l’avion peut apparaitre comme une idée lumineuse. La belle campagne nationale largement reprise par les petits et grands distributeurs de bouquins affiche joyeusement la couleur. Au delà du magenta qui réveille vitrines et couloirs de métro, c’est une volée d’allusions qui d’un coup nous laisse à penser que l’avion pourrait être triste . Mais résonnance n’est pas raison.

Notre aviation est mal en point. Elle se passerait volontiers actuellement de tout ces traits d’esprit plus ou moins bien intentionnés. Enfoncer la tête sous l’eau à un compagnon de noyade ne relève pas d’une attitude des plus flatteuses. C’est déjà un geste assez ignoble si celui là n’a rien contre vous. Il est encore pire, si avant la chute, il s’avérait être un excellent compagnon de route.

Le livre et l’avion se rejoignent souvent. Jusqu’à l’intime. On pensera en premier lieu au passager qui dans n’importe quel aéroport, choisit un livre pour son voyage. La lecture est pour beaucoup une accompagnatrice qui souvent agrémente le vol et parfois le sublime. Qui peut nier cela?

Mais l’ intimité la plus profonde entre ces deux là trouve bien plus assurément sa place dans l’essence même du livre. Quand c’est l’histoire qui s’envole.

Il suffit de parcourir les étales des librairies pour découvrir que l’avion y est omniprésent. Quoi de plus normal quand on sait que le livre raconte la vie et que l’avion, symbole du mouvement, en fait partie. Notre inconscient relie le vol à bien des sentiments. De la peur à l’appréhension en passant par la tristesse ou la joie, tout ce que le voyage aérien véhicule y figure. Imaginerait on un seul instant que les histoires se figent dans des intrigues statiques où les protagonistes n’échangeraient qu’à travers des écrans, ou ne se quitteraient plus?

Ainsi sans avion, il n’y aurait jamais eu de petit Prince. Ally et Kyle ne se seraient jamais rencontrés “en apesanteur”(1) et bien des histoires n’auraient pas pu naître. Car des histoires et des avions, il y en a des centaines qu’on trouve en tapant 2 mots dans les moteurs de recherche: Roman et avion. Ou en questionnant son libraire…

Pourquoi dès lors tenter maladroitement d’opposer les 2 au risque de renier une aussi belle complicité ?

Les librairies et les avions ont en commun de nous permettre voyager. Ne les opposons pas

(1) En apesanteur de Rachel Berthelot & Rose Darcy 2015

Envie de partager cet article?

Post a Reply

468 ad

Vous aussi participez à la défense de l'aérien en diffusant nos articles

RSS
EMAIL
LINKEDIN
Share